Montredon - Labessonnié :

 

A l'origine de cette commune, il y avait 3 bourgs : Montredon, Le Contrast et Labessonnié. En 1789, les Communautés de Montredon et du Contrast regroupent les paroisses de St-Jean-Baptiste de Labessonnié, St-Amans de Négrin, Notre-Dame des Fournials, St-Georges de Berlan, St-Martin de Calmès, Notre-Dame de Ruffis, St-Pierre de Lagriffoul et St-Salvi de Salclas.

Puis en 1790, les Communautés de Montredon et du Contrast deviennent Municipalités du canton de Montredon, qui ne comprend alors que ces deux communes, district de Castres.

Short Term Loads Working Capital Small Business Loans Long Term Loans best business loans Big Lines of Credit SBA Loans Equipment Financingbusiness loans Merchant Cash Advances

En 1793, par arrêté du 10 mai, du commissaire du département, la commune du Contrast est réunie à celle de Montredon.

En 1801-1802, la commune de Montredon devient le chef-lieu du canton et arrondissement de Castres.

Le 18 novembre 1895, Montredon reçoit l'appellation de Montredon-Labessonnie. C'est le 20 juin 1961, par révision du nom des communes, que le village prendra l'orthographe que nous lui connaissons : Montredon - Labessonnié, avec un accent aigü sur le "e" final.

Montredon, c'est le sommet du même nom, siège de la baronie et signifie "Montagne ronde". Labessonnié est l'agglomération dont le nom vient du celte "Besses" qui signifie "pâturages, prairies". La légende nous dit que la ville aurait été fondée par des jumeaux (bessou en occitan). Mais cette dernière paraît bien fantasque.

C'était déjà un lieu sacré à l'âge de pierre. Cela deviendra oppidum romain puis motte féodale avant que n'y soit construit le château au IXème siècle par les Comtes de Toulouse, siège de la baronie.

Raymond III donne Montredon en fief aux Vicomtes de Lautrec en 974. Ils le conserveront jusqu'en 1431. A noter que de 1224 à 1226, Louis VIII, Roi de France, est seigneur de Montredon. ce qui explique la présence de 3 fleurs de Lys sur les armes de la commune.

En 1431, Montredon échoit par échange à la famille d'Arpajon. En 1572, les familles Castelpers et Cardaillac-Bioule sont les seigneurs de Montredon. En 1629, Richelieu vient en visite à Montredon. En 1631, le fief passe à la famille Brunet de Villeneuve. En 1792, Marie-Lambert de Brunet, Marquis de Villeneuve, est le dernier baron de Montredon.


Le peintre VAN DYCK séjourna longtemps à Montredon et à Berlan, sous la protection de Lucrèce d'Elbène, baronne de Montredon.

Le château ne fut jamais pris au cours des siècles et ne fut ruiné que par l'abandon après avoir servi de prison pendant la révolution.

 


cliquer sur l'image pour agrandir

Labessonnié fut le relais nécessaire aux voyageurs et à leurs équipages. S'installèrent dès lors des auberges, commerces et artisans.

Le bourg fut fortifié par Laurent Gironet,  Capitaine en 1585. Avant la révolution, les habitants se divisaient en trois groupes :
- la petite noblesse locale et les bourgeois
- Les paysans aisés
- les "brassiers" qui possédaient des chèvres, des moutons, des porcs et des bêtes à corne, un jardin, quelques lopins de terre et pratiquaient le tissage, les métiers manuels et à la culture dans les grandes fermes.

 

Le blason :

 

"D'or à la tour crénelée de quatre pièces posée devant une muraille crénelée de six pièces, le tout d'azur maçonné de sable, la porte ouverte de même au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or"
 

 

Castelfranc et Guillaume le Nautonier :

 


cliquer sur l'image pour l'agrandir

A Montredon - Labessonnié, sur la route qui mène à Castres, au détour d'un chemin qui traverse les bois environnants, vous arriverez au pied d'une vieille bâtisse, la Tour Carrée, sur le site de Castelfranc.

Un peu plus loin, un château, le château de Castelfranc, autrefois demeure de la famille Soulages, datant de la moitié du XIXème siècle fut construit non loin de l'ancien château bâtit par les Lautrec au XIIème siècle et donné par le baron de Montredon à son écuyer Martrin de Las Planes. Le château du XIIème sera reçu en héritage par la famille De Nautonier qui le conservera jusqu'en 1802. Il sera détruit par la suite, laissant place au château actuel propriété de l'association basée à Londres Dandelion Trust.

 

Au sein de la famille De Nautonier, Guillaume se démarque, né en 1557, après diverses études, il s'intéresse aux sciences (mathématiques, géographie, météorologie, astronomie, ...). Ces études l'amènent à occuper le poste de ministre du culte à Réalmont, pasteur à Montredon en 1594.

Alors qu'il observe la voûte étoilée, à l'aspect du ciel il croit remarquer les signes de prochaines perturbations atmosphériques et pronostique que la mer serait agitée. Il fit prévenir le roi Charles IX, qui le cru et fit rentré tous les navires dans les ports. La prédiction se révéla juste. Un peu plus tard en remerciement le roi déclara son château franc de tout impôt d'où le nom de Castelfranc.

 

En 1594, alors pasteur à Montredon, il rassemble tous ses travaux sur la déclinaison de l'aiguille aimantée et le moyen de mesurer la longitudes. Il rédige le manuscrit de son ouvrage "Mécométrie de l'Eymant" : moyen de calculer les longitudes par l'utilisation des boussoles.

En 1604, il dédie ses travaux à Henri IV qui le nomme Géographe Ordinaire du Roi et lui attribue une pension qui lui sert pour construire la Tour carrée.


cliquer sur l'image pour l'agrandir

Ce bâtiment sera réalisé entre 1609 et 1610 et sera l'observatoire de Guillaume le Nautonier.

Depuis la galerie extérieure en bois au 4ème étage de la tour, il observera la voûte étoilé, mesurera la position des étoiles. Il y fera également des observations météorologiques.

La date de sa construction et son utilisation astronomique fait de la Tour Carrée le plus ancien observatoire astronomique de France, aujourd'hui inscrit au répertoire provisoire des monuments historiques.

Guillaume le Nautonier s'éteindra à l'âge de 63 ans (1620)


La Tour Carrée de Guillaume le Nautonier
cliquer sur l'image pour l'agrandir